Doit-on construire le Temple de l’humanité ou notre propre Temple ?

Chacun de nous est l’héritier d’une Tradition transmise de génération en génération. Ce leg fait de nous des femmes et des hommes promis à évoluer moralement et spirituellement. Nous avons hérité des civilisations successives, de leurs philosophies, de leurs mythologies. Nous trouvons également nos origines dans le passé des bâtisseurs. Notre rôle se résume ainsi « faire prospérer, transmettre » et bien entendu apporter à l’extérieur les vérités acquises.

Notre philosophie établit une filiation symbolique entre le temple modèle d’architecture, le temple humain et le temple assimilé à humanité.

Notre intériorité, notre Temple, symbolise notre propre humanité. Nous travaillons à son édification.

Chacun d’entre-nous est le matériau, la pierre qu’il faut tailler à la bonne proportion, polir et insérer dans l’œuvre collective de la Loge.

La construction du temple, image et support de l’intellect, met en perspective un long chemin au parcours difficile. Un chemin qui suscite des ’efforts, de la persévérance, une remise en question continue.

Le Franc-Maçon est dans une quête constante, une étude ininterrompue. Cela implique la recherche de sa propre personnalité ; la remise en cause de son mode de pensée, la recherche d’une vérité.

Avec ses Soeurs et Frères, il affronte les visions divergentes, les échanges, les débats contradictoires ; Il possède pour cela « amour, tolérance, fraternité ».

Des mots avec un vrai sens, celui qui permet normalement, d’éliminer les obstacles artificiels de la pensée vulgaire.

Indéniablement, le Franc-Maçon possède tout ce qu’il faut pour se construire, pour construire son Temple, c’est-à-dire ses valeurs morales, son éthique, son esprit qu’il doit élever comme on élève un clocher.

Pour autant, construire le Temple de l’humanité est une autre affaire.

L’humanité désigne l’ensemble des êtres humains.

Même avec beaucoup d’espoirs et une foi infinie, nous comprenons aisément qu’il n’est pas possible de prétendre lui donner une dimension morale, idéologique, éthique, normative et unique.

Nous ne pouvons pas prendre au sens strict cette affirmation qui tend à vouloir conceptualiser une société humaine faite sur un modèle unique que nous aurions défini dans nos Loges.

La rétrospective sur les quelques siècles qui nous séparent de l’avènement de la Maçonnerie moderne révèle, sans analyse particulière, l’absence d’influence de l’Ordre Maçonnique sur la Société et à fortiori sur l’humanité.

Nous pouvons sans difficulté être d’accord sur ce point. Il suffit de se souvenir des événements qui ont jalonné l’histoire de notre pays et de notre planète.

À contrario, il faut se souvenir de l’humanisme Maçonnique porté à bout de bras par des Soeurs et Frères qui par leur action individuelle ont glorifié l’Ordre Maçonnique.

Ces Soeurs et Frères ont contribué à la mise en œuvre d’actions sociales, ont promu la laïcité, légiféré sur d’importants sujets de société, sur des sujets éthiques, sur les politiques sociales, familiales, de santé, etc.

Nous pouvons être fiers et reconnaissants pour tout cela.

Il faut sans craindre de grosses déceptions s’interroger sur le comportement humain, sur l’unité de l’homme, sur ses facultés et les possibilités de les partager avec le reste de l’espèce humaine.

Cela reste une interrogation qui ne doit pas nous priver de notre désir de perfection individuelle tout en reconnaissant que la perfection n’est pas de ce monde.

Nous pouvons malgré tout considérer qu’un beau rêve ne gâche rien ; il reste un rêve. La construction du Temple de l’Humanité peut continuer à nous faire rêver tout en étant bien éveillés et lucides.

Très Vénérable et vous Soeurs et Frères, nous pouvons, suivant la formule consacrée, espérer une humanité meilleure et plus éclairée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire