Les flambeaux au REAA

J’aimerais  que l’on porte une attention plus marquée sur les flambeaux qui ornent les piliers qui soutiennent notre Loge ainsi que les bureaux des 3 Lumières.

Nous constaterons qu’à la différence d’autres rites, les bougies utilisées au Rite Ecossais Ancien et Accepté sont multicolores.

Il est d’ailleurs assez peu probable que les couleurs blanche, rouge et verte aient été choisies en hommage à l’Italie, bien qu’il me plaise, tout en sachant avoir tort, d’associer le nom de notre Loge non pas à un poète Catalan du XIe siècle mais à l’un des plus brillants esprits de la Botte ; encore qu’un peintre de plafond de chapelle se soit, en son temps, élevé contre cette affirmation.

Toutefois, cette digression ne fait pas beaucoup avancer notre réflexion. Alors, pour redevenir un tantinet sérieux, penchons-nous sur nos souvenirs immédiats, lors de l’ouverture des travaux, lorsque le V.°. M.°. en chaire, assisté des premier et second Surveillants ont ouvert les travaux :

  • Que la Sagesse préside à la construction de notre édifice.

  • Que la Force le soutienne,

  • Que la Beauté l’orne.

ont été les trois phrases prononcées par ces officiers en allumant leurs flambeaux blanc, rouge et vert.

Le Rouge symbolise de façon universelle et relativement évidente le principe vital, la force, la puissance. Le Vert est le symbole de l’équilibre, du renouveau, de l’Amour, de l’acceptation, de la compassion et de l’harmonie (autre nom du pilier « beauté » dans certains rites). Cette couleur reflète la beauté, la jeunesse, la vigueur et la force vitale. Le vert s’identifie à la régénération de la nature et aussi à la régénération spirituelle avec l’espérance de l’immortalité et correspond à la renaissance de la nature. Enfin, d’ordinaire symbole de pureté, le Blanc peut également représenter la Sagesse via, entre autres exemples, la couleur des cheveux et de la barbe de nos anciens, réels ou inventés allant de nos propres grands pères aux Dieux anthropomorphes en passant par Le Père Noël, Merlin l’enchanteur et Panoramix. Je laisse à votre sagacité le soin de démêler les personnages réels de ceux qui ont été inventés.

  • Or, qu’est le Blanc sinon la fusion de toutes les couleurs ?

  • Et qu’est la Sagesse sinon la compréhension (dans son sens littéral, « prendre avec », dans son essence) de toutes les connaissances (matérielles comme spirituelles) ?

(Ce propos n’est valable que si l’on parle de synthèse chromatique additive, comme la lumière ; ce qui tombe plutôt bien au regard de ce que l’on a reçu en entrant dans ce Temple. En revanche, si l’on s’amuse à faire ceci avec de la peinture, c’est-à-dire en synthèse soustractive, on obtiendra au mieux du noir, au pire une espèce de gris-brun du pire effet.)

Ceci étant posé, attardons-nous sur les officiers qui allument ces flambeaux.

Le flambeau vert est allumé par le F.°. 2nd surveillant dont le rôle est de diriger les frères du Septentrion en leurs travaux maçonniques. Le septentrion est le lieu où siègent les sœurs et les Frères Apprentis, c’est-à-dire les plus jeunes d’entre nous. Le vert symbolise donc leur renaissance, ou plus exactement leur naissance à la Lumière, à l’instar du Printemps et de l’éclosion du bourgeon. Le jaune et le bleu qui la composent sont des représentations respectives de la connaissance et de l’esprit, ce qui dévoile à mes yeux l’une des principales caractéristiques du Frère Apprenti : être silencieux mais non passif.

Il en est de même pour le Frère 1er surveillant allumant son flambeau rouge. Cette dernière étant la couleur de l’action, dont les frères et sœurs Compagnons doivent faire preuve dans le but de construire leur chef d’œuvre.

Pour conclure, le Vénérable Maître allume un flambeau blanc, symbole de sagesse. Pourquoi ? Un élément de réponse se trouve dans notre rituel où l’on apprend que le V.°. M.°. est le foyer de concentration du rayonnement intellectuel des Frères et des Sœurs de la Loge. La fusion de ces deux couleurs opposées (le vert étant composée des deux autres couleurs primaires que le rouge) donnant naissance, au spectre lumineux complet, à la lumière blanche.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire