L’Initiation et la Loge

Il apparaît qu’à travers le monde, l’Homme a toujours été à la recherche de quelque chose au-delà de sa propre mort, de ses propres problèmes, quelque chose de durable, de vrai, d’intemporel. Certains l’ont appelé Dieu.

Nous, cherchants de l’improbable, nous l’appelons l’Initiation !

Initiation signifie certes commencement. En ce sens, c’est le nom donné à la cérémonie par laquelle un profane est admis dans notre communauté. L’initiation signifie également l’ETAT de ceux qui ont subi une telle cérémonie, qui ont assimilé l’enseignement qu’elle voulait communiquer, et ont atteint la Connaissance, la Sagesse, la Maîtrise.

Ainsi, comme le Serpent se mordant la queue, l’initiation est à la fois commencement et aboutissement. Grâce à l’Initiation, nous mourrons à la vie profane pour renaître à une vie que certains qualifient de supérieure.

Le Maçon Apprenti a reçu la Lumière. Il comprend qu’il ne peut plus, comme le profane qu’il était, errer sans but. Il s’est engagé dans une voie. Il doit avancer, il doit progresser. Il sait que le but vers lequel il se dirige, pas à pas, étape après étape, c’est la Maîtrise, la Sagesse, la Perfection.

La franc-maçonnerie peut-elle conférer cette Maîtrise, peut-elle donner cette initiation, ou bien les Maçons ressemblent-ils à ces gens qui nous renseignent sur la route à suivre, mais ne peuvent nous accompagner ?

La franc-maçonnerie détient-elle encore le Secret de l’Art Royal, ou ce secret étant perdu pour elle, doit-on le chercher ailleurs ?

Recevoir l’Initiation, c’est mourir pour renaître.

Dans la nuit où il se trouve, le profane doit avoir eu le pressentiment d’un monde plus parfait que celui qu’il connaît et dont il fait partie. Il doit avoir ressenti la nostalgie d’une vie meilleure et le désir de pénétrer dans un monde encore inconnu. Dans le monde profane, malgré les religions et les philosophies ou peut-être à cause d’elles, on continue à tuer, à être violent, brutal, arrogant, agressif. L’homme est un loup pour l’homme ! L’égoïsme triomphe !

Passons par le cabinet de réflexions et mourrons à ce monde, abandonnons nos intérêts particuliers, nos passions, nos préjugés. Enfin, essayons, essayons de franchir la porte étroite. Entrons dans la Loge.

Entrons dans la Loge, entrons dans ce lieu magique où aucune divinité n’est présente, où aucune sœur ne prie, où aucun frère ne marchande avec des représentations puériles de saints, où les vertus de solidarité, de fraternité, de liberté, de vérité, paraissent certes comme inaccessibles, mais nous guident, nous transforment, nous élèvent, nous permettent de devenir Homme.

A l’évidence, l’esprit de l’homme est condamné à rester sur sa faim, mais seuls les symboles et la Loge permettent une espérance de réussite. Le Maçon sans tablier n’existe pas. La fréquentation profane de gens vertueux ne va pas m’enseigner ce qui est bon, juste, vrai et surtout pas qui je suis vraiment. Il me faut voir, il me faut sentir, il me faut intégrer sans besoin de l’expérience des autres, il me faut développer l’intuition pour comprendre l’Univers entier, la Vie et la Mort.

Lorsqu’on cherche, probablement il est plus facile de trouver différents instructeurs, différents écrits, différents rites, de nombreux « gourous » (dans le sens moderne du mot). Une telle recherche est dépourvue de sens !

Pour espérer se connaître, il faut être libre de tout conditionnement. Alors, on est capable d’observer. C’est l’apport essentiel du symbole, c’est l’apport essentiel de la Loge : être capable d’observer !

Il suffit d’observer pour comprendre, nul besoin de livres, nul besoin de directeur de conscience. Oui c’est difficile parce chacun redoute d’être seul, de se tenir debout tout seul. Nous avons trop soif de sécurité.

Et pourtant, le symbole, le rapport direct Homme-Symbole, libre et privilégié, complet et unique, ouvrent les voies à la lucidité, aux relations humaines véritables, à la compréhension de l’Univers.

Nul mensonge, nulle illusion quand nous sommes seuls face au symbole car il n’est que le miroir de notre être. Alors, nous nous trouvons dans un état où coulent les eaux, les grandes eaux de la vie et bientôt notre Loge ne devient qu’Un, sans limite et sans espace. Le neuf, le nouvel homme doit jaillir du sein de la terre comme lors de notre passage dans le cabinet de Réflexion.

Souvenez-vous !

Chacun de nous est une culture. La communauté initiatique est chacun de nous, nous sommes reliés dans notre Loge, non pour réaliser des actions quotidiennes, mais reliés totalement. Chacun de nous doit poursuivre ses propres particularités, ses propres tendances, et néanmoins, s’efforcer d’établir des relations avec les autres compagnons de recherche de son être. Il nous faut partager, voir ensemble. Il ne s’agit pas d’être d’accord ou pas d’accord comme nous l’entendons top souvent en Loge et ailleurs. Il s’agit de voir ensemble ce qui existe, réellement, d’être pour une fois, pour quelques instants seulement peut-être, le delta lumineux et de devenir le Tétragramme.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire