Là où règne l’Ego, il n’y a plus d’Esprit

Nous sommes-nous demandés, ne serait-ce qu’une fois, pourquoi nous glorifions le G.A.D.L.U ? Est-ce glorifier un symbole, un mythe ou une réalité ? Nous ne pouvons glorifier un Symbole ou un Mythe, nous ne pouvons donc glorifier qu’une Entité définie ou Mythique. Nous rendons hommage, nous témoignons de sa réalité et des attributs qui sont les siens, nous la nommons Lumière ou Vérité.

Nous témoignons, mais sommes-nous qualifiés pour témoigner de la gloire du GADLU ?

Comment avons-nous acquis ce droit de témoigner alors que nous ne savons rien de cette Entité, de cette Energie ?

Ainsi, à chaque tenue, dès les premiers mots prononcés, nous nous abreuvons, nous nous nourrissons et nourrissons notre auditoire de mots vide de sens.

Ce faisant, c’est nous-mêmes que nous glorifions en nous mettant dans la position du sachant, de celui qui sait et qui légitimement peut porter témoignage.

Inconsciemment, nous effleurons une splendide réalité qui nous échappe.

Comme nous échappe la réalité de la vie dans son ensemble.

Une première réalité, c’est notre présence en Loge.

Pourquoi sommes-nous ici ?

Pour glorifier le GADLU ? Certes non. Nous n’agissons pas avec une totale conscience. Tels des pantins désarticulés, nous ne nous rendons pas compte que nous n’agissons pas, mais que nous sommes agis !

Nous sommes agis par notre Ego démesuré.

Mais qui est cet Ego ?

La tradition admet la triplicité de l’Etre humain (corps, âme et esprit), mais il n’est pas question de l’Ego. Laissons l’Ame de côté pour l’instant pour ne pas avoir à aborder le fait religieux. L’Etre humain est un corps et un mental qui comme un ordinateur puissant permet normalement de diriger le corps. Mais où est donc l’Esprit ? L’Esprit n’a pas de réalité physique comme le Corps. L’Esprit comme l’Ame sont des capacités et des pouvoirs latents cachés dans l’homme qu’il nous faut découvrir.

Comment va-t-on les découvrir ?

Nos Anciens dans leur grande sagesse nous ont indiqués la piste, et pour ne pas la manquer, ils l’ont indiquée dès l’ouverture du rituel : « A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers ». Cette formule « magique » contient tout ce dont nous avons besoin pour nos recherches.

Sagesse, Force et Beauté sont les Qualités, les attributs clairement exprimés du GADLU, dès le 1er degré au Rite Ecossais Ancien Accepté et au Rite de Memphis, et seulement au 2e grade du Rite Français Moderne.

Les Frères et les Sœurs attentifs auront noté qu’avec l’étude du Nombre 3, les Apprentis pouvaient retrouver les attributs du GADLU. Le grand Architecte est notre Maître à tous. Il est l’exemple que nous devons suivre, pas à pas, sans jamais l’oublier. Il doit être en permanence avec nous, il doit être un souvenir constant.

L’évocation, « A la gloire du Grand Architecte de l’Univers », prend tout son sens. Nous ne glorifions pas une Entité ou un Mythe, mais les qualités qu’Elle ou Il véhicule et qu’un mental moyen d’homme moyen peut apprécier en toute honnêteté. Nous pourrions même traduire cela en une prière qui pourrait prendre la forme suivante :

Ô Maître,

Tu es le vrai but de la vie humaine, Tu es le seul Dieu qui réside dans notre Cœur.

Nous sommes esclaves de nos désirs qui font obstacles à notre avancement, par les créations incessantes de notre mental nous érigeons des barrières qui font obstacle à notre avancement.

Tu es le seul « Dieu » et pouvoir qui puisse nous élever au plus haut niveau de l’évolution Humaine.

Ne nous méprenons pas sur le terme de Dieu. Ce n’est pas un concept religieux, mais un concept métaphysique, désignant un Principe, une Force, une Energie, structurant l’Univers et l’Homme chez qui il prend le nom de SOI. Ainsi, tenue après tenue, nous devons décortiquer la signification de la Sagesse, de la Force et de la Beauté, les attributs de notre Maître.

A chaque fois que le Vénérable Maître de la Loge, Représentant du GADLU et les Surveillants s’approchent des piliers aux Rite Ecossais notamment, nous devons méditer sur le sens de ces mots, ou bien encore sur les bijoux du Vénérable et des Surveillants ou encore les 3 coups de maillet.

La Vie a pu se développer sur terre et a permis l’évolution des espèces vivantes et de l’humanité grâce à cette force contenue dans les cellules vivantes que nous appelons désir.

Le désir appliqué avec force a permis le développement du monde vivant et l’évolution que l’on connaît, et cela sans jugement de valeur car, dans la Nature, il n’y a ni bon ni mauvais, ni bien ni mal. Cette habitude de créer la dualité là où il n’y en a pas est propre à l’Etre Humain qui, sans arrêt, porte des jugements de valeurs liés à sa culture, sa tradition, ses croyances. Il s’est, ainsi, isolé de son « êtreté », de ses origines. Ce phénomène a été amplifié par l’éducation, l’instruction, l’expérience de la vie et ainsi, peu à peu, se construit une personnalité qu’en psychologie on nomme Ego. Cet égo a complètement enfermé cet « Etreté », le « Je », le « Soi », à un point tel que nous sommes devenus inconscients de l’existence de l’Ego qui n’est, pourtant, que nous.

Le désir a donc été l’élément moteur indispensable du développement de l’être humain, et il a suscité, déclenché en l’être humain des émotions de bien être et de mal être que l’Ego dans son ignorance a traduit par bien et mal. De ce fait, est née la dualité qui oppose des états d’une même réalité et il en est dans tous les domaines ainsi.

Cette dualité, appliquée aux émotions, se traduit par Amour et Haine, l’Amour qui est la source de toutes les vertus et la haine qui est la source de tous les vices.

S’imprime dans le cœur de l’Homme, « l’Esprit dans l’homme », la traduction dans le mental des émotions déclenchées par les désirs passés au tamis de la dualité bien ou mal, bon ou mauvais. Nous sommes bien loin de « l’Esprit du GADLU », notre Maître à tous, chez qui il n’y a pas d’Ego et pour qui il n’y a ni haine ni vice, mais Amour et Vertu.

Nous aurons donc chez l’Homme l’Esprit du bien et l’Esprit du mal selon notre volonté à purifier nos désirs ou non, à maîtriser nos émotions ou non, et surtout selon la volonté avec laquelle nous nous appliquons à ce travail de purification de l’Ego.

L’orgueil attribut principal de l’Ego est un obstacle majeur sur le chemin de la Connaissance.

Là où règne l’Ego, il n’y a plus d’Esprit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire